La vanne thermostatique: comment bien l'utiliser

Rédigé par Kevin Sartor - -

Faisons le point sur ce qu'est une vanne thermostatique et comment bien l'utiliser

N.B.: Cet article est une adaptation d'une campagne de sensibilisation que j'avais réalisée dans le cadre de mon travail.

Rappelons tout d'abord le principe général d'une installation de chauffage centralisé :

  • Un système de production d’énergie thermique (une chaudière, une pompe à chaleur...) génère de l’eau chaude (1 sur le schéma suivant);
  • L'eau chaude est véhiculée dans différentes zones d’un bâtiment à l’aide d’un circulateur (2) ;
  • Une sonde de température (3) est installée dans un (ou plusieurs) locaux. Cette(Cas) sonde(s) permet(tent) d’actionner ou d’arrêter la chaudière et le circulateur pour fournir de l’énergie si cela s’avère nécessaire dans le local;
    • N.B.: dans la plupart des bâtiments résidentiels, il n'y a qu'une sonde de température installée généralement dans la pièce de vie principale (à savoir le salon)
  • Les radiateurs présents dans les locaux sont pourvus d’une vanne thermostatique (VT), qui est l'élément de régulation local permettant d’alimenter ou non le radiateur en eau chaude. Cette vanne permet de limiter également la surchauffe en cas d’apports internes (personnel, ordinateurs…) ou externes (soleil) importants.

[1]

Comment fonctionne la vanne thermostatique?

 La vanne est constituée d’un ressort (en rouge, 2) et d’un bulbe thermostatique (en gris, 1). Le bulbe se dilate ou se rétracte en fonction de la température du local afin d’adapter le débit d’eau chaude circulant dans le radiateur par l’intermédiaire d’un pointeau (3) qui permet ou non le passage de l’eau chaude.

[1]

La vanne est réglée sur une température de consigne par l’intermédiaire de sa position (en général la position 3 correspond à une température du local d’environ 20 °C si la vanne est graduée jusque 51).

[2]

Si la température du local n’atteint pas la consigne, la vanne s’ouvre automatiquement afin de laisser passer de l’eau chaude dans le radiateur et ainsi chauffer le local lorsque le circulateur de chauffage de la zone est en fonctionnement. Dès que la température du local atteint la température de consigne, la vanne se ferme pour éviter de surchauffer le local.

Erreurs de manipulations courantes de la vanne thermostatique

  • Dans le local où se trouve la sonde de température permettant la régulation de la chaudière, il est conseillé d'ouvrir la vanne thermostatique "à fond". En effet, dès que la température de consigne est atteinte, la régulation coupera la chaudière empêchant en principe une surchauffe du local.
    • /!\ Si la vanne thermostatique de ce local de référence est par contre "trop" fermée alors la température de consigne ne sera jamais atteinte et la chaudière fonctionnera tout le temps empêchant le fonctionnement de la régulation.
  • Supposons un local occupé dont la vanne est réglée habituellement sur la position « 3 ». Un jour, un sentiment d’inconfort apparait à cause d’une température trop faible dans le local. La température du local ne sera pas améliorée en réglant la vanne sur la position « 4 » ou « 5 ». En effet, si la température du local est déjà trop froide, la vanne thermostatique est déjà ouverte. Il faut suspecter
    • La régulation du circuit de chauffage qui envoie de l’eau trop froide ou tout simplement qui n’envoie pas d’eau au radiateur. Après la réparation de la régulation du circuit de chauffage, le local sera alors surchauffé car la position de la vanne est à présent sur une position correspondant à une température trop élevée.
    • Une vanne thermostatique bloquée: Il est possible de réaliser des va-et-vient (ouverture/fermeture) de la vanne afin de la débloquer (de petits corps étrangers peuvent en effet bloquer le pointeau et/ou le ressort).

        => Il est donc conseillé de laisser la vanne thermostatique sur sa position initiale.

  • S’il fait subitement trop chaud dans le local à cause d’apports de chaleur temporaires (machines supplémentaires, ensoleillement…), le réglage de la vanne sur la position 1 ne diminuera pas directement la température du local puisque l’apport de chaleur temporaire ne sera pas impacté. Toutefois, suite à l’arrêt de l’apport de chaleur temporaire, la température du local chutera jusqu’à la température de consigne correspondant à la position 1, ce qui créera un sentiment d’inconfort pour l’utilisateur.

        => Il est donc conseillé de laisser la vanne thermostatique sur sa position initiale.

  • Supposons un local inoccupé dans lequel la vanne thermostatique a été réglée sur la position étoile * (pour des vacances, par exemple). Lorsque les occupants arriveront, il leur est inutile de régler la consigne sur 5 plutôt que sur 3, car le chauffage ne sera pas relancé plus rapidement. En effet, puisque le local est froid, le bulbe thermostatique de la vanne mesure un écart de température important entre sa consigne et la température du local. Dès lors, la vanne thermostatique est déjà grande ouverte permettant au radiateur d’être alimenté en eau chaude. Le risque de ce réglage est qu’en plaçant la consigne sur 5, le local soit surchauffé par la suite.

         => Il est donc conseillé de positionner la vanne thermostatique sur la position « 3 » ou sur la position de confort précédemment identifiée par l’utilisateur.

1 Si la vanne est graduée jusqu’à 9, la position « normale » est 5.

[1] :Énergie+, Architecture et Climat, Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme (LOCI), Université catholique de Louvain (Belgique), réalisé avec le soutien du Service Public de Wallonie – Département de l’Energie et du Bâtiment durable. Disponible sur : http://www.energieplus-lesite.be.

[2] Pixabay

Les commentaires sont fermés. Vous pouvez me contacter pour toutes questions ou remarques via la page Contacts.